Financement de projet industriels

Attention aux garanties financières des installations classées

Un récent arrêt du Conseil d’Etat du 22 février 2016 (requête 384821) annule l’autorisation d’exploitation d’une installation classée (ICPE) de production d’électricité délivrée à la société Hambérgie (filiale à 100% de Direct Energie) au motif qu’elle n’a pas suffisamment justifié de ses capacités financières lors de sa demande.

La mise en service de la centrale impliquait un investissement de 772 millions d’euros, financé à hauteur de 70% environ par de la dette bancaire à long terme et de 30% de fonds propres de Direct Energie. Or, le Conseil d’Etat a jugé que les éléments fournis pour établir le financement bancaire du projet n’étaient pas suffisants, à savoir :

  • Une note « sur les principes de financement de projet d’une centrale électrique au gaz »
  • Des lettres de banque indiquant que le montage financier envisagé constituait une pratique courante

Le demandeur est tenu de fournir des indications précises et étayées sur ses capacités techniques et financières à l’appui de son dossier, afin d’établir qu’il peut mener à bien son projet et assumer l’ensemble des exigences susceptibles de découler du fonctionnement, de la cessation éventuelle de l’exploitation et de la remise en état du site. Ces indications peuvent être fournies par un tiers mais doivent dans tous les cas être suffisamment certaines.

Ainsi, dès lors qu’elle ne dispose pas elle-même du capital lui permettant de financer l’intégralité de son projet soumis à autorisation ICPE (production d’énergie renouvelable, traitement de déchets…), une société doit apporter, au stade de sa demande d’autorisation adressée au préfet, la preuve qu’elle dispose d’engagements fermes sur ses capacités, notamment financières, relatives au projet.